EN GUISE DE BILAN

 

Lorsque nous avons dit à notre famille et à nos amis que nous allions partir à Djibouti, la plupart d'entre eux nous ont demandé de confimer notre destination, d'abord parce qu'elle figure rarement, pour ne pas dire jamais, dans les catalogues des agences de voyage ensuite parce que la plupart d'entre eux n'avaient qu'une très vague idée de sa situation géographique. S'ajoute à celà la situation politique en ce mois de janvier 2013: une intervention manquée pour tenter de délivrer un otage Français en Somalie toute proche, un conflit latent entre Djibouti et l'Erythrée et l'entrée en guerre de la France au Mali où sont peut-être intervenus des militaires Français basés à Djibouti. Notre entourage se préparait à ce que seul le paiement d'une rançon à un groupe de terroristes puisse nous permettre de revenir en France.

Ce voyage avait bien entendu un but hautement sentimental, puisque je tenais à revoir l'école où j'avais vécu il y a près de quarante ans, mais il devait aussi être l'occasion de découvrir avec mon épouse un pays d'une richesse exceptionnelle: des paysages de science-fiction, des déserts de pierres, l'observation de phénomènes volcaniques uniques, une banquise de sel, des fonds sous-marins de toute beauté, des mangroves luxuriantes, des marchés multicolores et une population accueillante et chaleureuse.

.

QUELQUES CONSEILS EN FONCTION DE NOTRE EXPERIENCE 

Le tourisme de masse n'atteindra sans doute jamais Djibouti, d'abord parce que le coût de la vie y est très élevé, ensuite à cause des difficultés rencontrées pour parcourir le pays et enfin par manque d'infrastructures d'accueil acceptables pour les touristes "traditionnels"

Périodes: Un voyage n'est envisageable qu'entre novembre et avril, lorsque les températures moyennes oscillent autour de 30°. Le reste de l'année, la chaleur est très difficilement supportable.

Avion: Pour se rendre à Djibouti depuis la France, il faut partir de Paris et le billet d'avion est cher (1300 sur Air France et 1000 sur Ethiopian Airways). Nous avons fait le choix de passer par Turkish Airways, beaucoup mois coûteux: l'aller-retour, avec une escale à Istanbul, coûte 800. Nous avons pu partir de Nice et la compagnie nous a offert une nuit d'hôtel à Istanbul au retour. Seul inconvénient: la durée souvent importante des escales à Istanbul.

Hôtels: Il n'y a pas plus d'une dizaine d'hôtels corrects et abordables à Djibouti. L'Auberge du Héron, sur le Plateau du Serpent, est à recommander pour peu que vous ne tombiez pas sur une literie "ultra-ferme". Compter 60 la nuit avec le petit-déjeuner pour deux personnes. Le site de l'hôtel: http://aubergeleheron.net/. A quelque distance de cet hôtel, le restaurant "Le Carrefour" est une excellente adresse (repas correct et complet pour moins de 10).

Guide: Il est absolument nécessaire de faire appel à un guide pour parcourir le pays. Il s'occupera de l'organisation du voyage, de la location du 4x4 et de son carburant, du chauffeur, des réservations dans les campements, des éventuelles démarches auprès des autorités... et il vous accompagnera pendant votre périple. Tout celà a un coût: compter 200 par jour pour deux personnes en pension complète.

 Campements touristiques: Les campements touristiques (une quinzaine dans le pays, tous situés dans des zones remarquables) sont des structures le plus souvent sommaires où l'on vous proposera, pour 35 par personne en moyenne (sauf aux Sables Blancs, plus cher) un hébergement en pension complète dans des conditions rudimentaires mais suffisantes. Seul point noir: les sanitaires, la plupart du temps peu conformes à nos habitudes occidentales (état très moyen, un seau d'eau et un pichet en plastique pour se laver).

 Sécurité, langue: Peur de l'insécurité ou du dépaysement? Plus de 3000 militaires étrangers sont présents dans le pays (bases française, américaine et japonaise) et on parle français quasiment partout (c'est la langue enseignée à l'école). Les traces de la guerre civile des années 1990 dans le nord sont encore visibles, mais sans conséquences. Seul le conflit avec l'Erythrée interdit l'accés aux zones frontalières du nord, au-delà de Godorya. La colonisation n'a engendré aucun sentiment négatif de la part des Djiboutiens.

 Savoir-vivre, photos: Nous sommes en Afrique: Si on vous fixe une heure de rendez-vous, prévoyez un long délai d'attente. Ce qui ne peut pas se faire maintenant se fera plus tard: il faut savoir prendre son temps... Dans les villages, la politesse élémentaire consistera à saluer les habitants et en particulier le chef de village. Veiller à toujours solliciter une autorisation pour prendre des photos. Dans ce domaine, l'aide de votre guide vous sera précieuse.

 Téléphone, Internet: On peut acheter une carte sim à l'arrivée chez Djibouti Télécom (8) et l'insérer dans un portable débloqué. Le réseau est correct dans les villes principales et la 4G est accessible à Djibouti-ville. Dans les endroits où il n'y a pas de réseau, le guide et les locaux ont des téléphones mobiles de campagne fonctionnant sur une fréqence particulière. Quelques hôtels (dont l'Auberge du Héron) proposent une connexion wifi.

 

 Ce que nous avons regretté de ne pas avoir pu faire par manque de temps ou à cause de nos contraintes budgétaires: Séjourner dans la forêt primaire du Day, près de Randa - Aller dans le cratère du volcan Ardoukoba - Passer une journée supplémentaire au bord du lac Abbé - Nager avec les requins-baleines, des monstres inoffensifs de plus de 5m de long, dans le Ghoubet - Découvrir les Allols, les dépressions situées au nord du lac Assal, parsemées de sources d'eau chaude et peuplées de nombreux animaux sauvages.

 

Un guide de voyage incontournable: "Le Petit Futé Djibouti": c'est le seul ouvrage que nous ayons trouvé sur le pays. Ses descriptions, ses conseils et ses précisions sont en tous points remarquables. De plus, il a été mis à jour très récemment. Une anecdote significative: s'il ne cite pas Mouddo, lieu emblématique s'il en est, il suggère tout de même l'ascension du Moussa Ali, tout près de l'école (avec un guide expérimenté!). Ce guide aura été notre "bible" au cours de notre voyage. Un très grand merci à son auteur!

 retour accueilaniblack01_up.gif